Pinus halepensis

Pinus

Fleurs monoïques. Les chatons mâles oblongs, dressés, disposés en épis, composés d’écailles imbriquées, étroites à la base, dilatées-arrondies au sommet, portant chacune, inférieurement, 2 lobes d’anthères qu’elles séparent, dont la déhiscence est longitudinale. Chatons femelles en cônes sessiles ou brièvement pédonculés, plus ou moins gros, solitaires ou verticillés, formés d’écailles étroitement imbriquées, ouvertes à la maturité, épaisses, ligneuses, ou minces, coriaces, portant chacune intérieurement, à leur base, deux graines suspendues, osseuses à la maturité, munies supérieurement d’une aile membraneuse, caduque, ou persistante. Périsperme charnu. Embryon droit ; plusieurs cotylédons verticillés.Arbres ordinairement très élevés, à branches ordinairement verticillées, à feuilles linéaires, persistantes, éparses ou fasciculées.

– Revenir à l’index alphabétique –

Pinus halepensis Mill.

Pin d’Alep

Pinaceae (Abiétinées chez de Pouzolz)

Description de De Pouzolz

Arbre de 10-20 m, à tête ordinairement arrondie au sommet, à branches étalées.
– Feuilles filiformes, dressées, raides, aiguës, de 4-8 cm.
– de longueur, lisses ou obscurément striées sur les deux faces, à face interne canaliculée, l’externe convexe, d’un vert gai, rapprochées au sommet des rameaux, un peu caduques, réunies deux à deux dans une gaine commune, membraneuse, assez courte.
– Chatons mâles oblongs, serrés en épis, dépassés par les feuilles.
– Cônes moyens, oblongs-coniques, aigus au sommet, arrondis à leur base, solitaires, réfléchis, à pédoncule court, épais ; écailles obovales, à écusson large, peu saillant, relevé d’une carène transversale, faible, et d’un mamelon obtus, central.
– Graines petites, roussâtres, ovales ; ailes membraneuses, semi-oblongues, obtuses au sommet, 4-5 fois plus longues que les graines.

Vulgairement pin de Jérusalem. Cet arbre fournit une excellente térébenthine ; son bois est employé pour la menuiserie et pour le chauffage.

Observations de De Pouzolz

Hab. dans toute la partie inférieure du département, surtout lorsque le terrain est un peu montueux.
Fl. mai.

Herbier Gustave CABANES

– Environ de Nîmes : Avril 1872 (G.Féminier)
– Garrigues à Congénies : avril 1889
– Bois de Broussan : 30 avril 1922

Herbier LOMBARD-DUMAS

– Cultivé au mas Lafabrègue, Le Vigan : 20 janvier 1869

Observations SESNNG

Garrigues nîmoises : Mars 2019