Linaria vulgaris

Linaire

Calice à 5 divisions profondes. Corolle en gueule, à tube renflé, muni d’un éperon à la base, à lèvre supérieure bifide, à lobes redressés ; la lèvre inférieure à 3 lobes, dont le médian plus petit, munie d’un palais renflé, bilobé, plus ou moins poilu en dedans, fermant complètement la gorge, ou dépourvue de renflement et laissant la gorge ouverte ou fermée incomplètement. Etamines 4, incluses, dont 2 plus courtes ; anthères à déhiscence longitudinale. Capsule à 2 loges polyspermes presque égales, s’ouvrant par des valves, ou par 2 ouvertures, ou par la chute d’un opercule. Graines ovoïdes, discoïdes ou triquètres, lisses ou rugueuses, bordées ou non bordées. Plantes herbacées, annuelles ou vivaces, à feuilles alternes ou opposées, à fleurs jaunes, blanches, bleues ou violettes, axillaires ou en grappes terminales.

– Revenir à l’index alphabétique –

Linaria vulgaris Mill.

Linaire commune

Plantaginaceae

Description de De Pouzolz

Racine rameuse, tortueuse, rampante.
– Tiges de 2-5 dm, dressées, simples ou rameuses supérieurement, raides, glabres ou un peu velues-glanduleuses au sommet, très feuillées, solitaires ou naissant plusieurs de la même souche.
– Feuilles glabres, linéaires ou lancéolées-linéaires-aiguës, à trois nervures, dont la médiane très distincte, toutes éparses, serrées.
– Fleurs grandes, serrées en grappe terminale, à pédoncules deux fois de la longueur du calice, munis à leur base d ‘une bractée linéaire, réfléchie.
– Calice glabre à lobes lancéolés-aigus, beaucoup plus courts que le tube de la corolle.
– Corolle d’un jaune pâle, à palais orange, barbu, fermant exactement la gorge,à éperon très long, droit, subulé, dirigé en bas.
– Capsule obovale, dépassant beaucoup le calice, s’ouvrant au sommet par 6-8 valves.
– Graines noires, lenticulaires,tuberculeuses, entourées d’une large bordure striée.
– Plante glaucescente.

Cette plante porte les noms vulgaires de chasse-venin, de lin sauvage. Elle est diurétique, émolliente et résolutive ; peu usitée. Dans quelques localités, on la suspend dans les appartements pour tuer les mouches.

Observations de De Pouzolz

Hab. les bords des fossés, des champs et des haies, dans tout le département.
Fl. juillet-octobre.

Observations SESNNG

Pont de Rousty : 20 octobre 2107