Limonium narbonense

– Revenir à l’index alphabétique –

Limonium narbonense Mill
[Statice serotina Rchb. dans la flore de De Pouzolz ]

Saladelle

Plumbaginaceae

Description de De Pouzolz

Racine forte, dure, épaisse, profonde, rameuse, d’un brun rougeâtre, à souche brunâtre, à divisions courtes, garnies d’écailles.
– Hampes de 2-4 dm raides, cylindriques, striées, un peu fistuleuses, dressées, rameuses ; à rameaux étalés munis à leur base, d’une écaille roussâtre, membraneuse, ovale, acuminée, embrassante ; tous fertiles, glabres, ainsi que les autres parties de la plante.
– Feuilles toutes radicales, assez amples, coriaces, souvent d’un vert glauque, étalées, ovales-oblongues, entières, souvent ondulées sur les bords, plus ou moins obtuses, munies d’une petite pointe terminale, souvent placée un peu à côté du sommet, rétrécies en un pétiole ferme, strié canaliculé supérieurement, dilaté et embrassant à la base.
– Fleurs dirigées en haut, rapprochées en épis nombreux, terminaux, unilatéraux, très étalés, formant, par leur réunion, une panicule ample et large, tantôt lâche, tantôt serrée, munies de 3 bractées ; l’extérieure carénée, mucronée, scarieuse sur les bords, plus courte que l’intermédiaire et deux fois plus courte que l’intérieure ; celle-ci entièrement scarieuse, dépourvue de carène, toutes embrassantes.
– Calice à lobes lancéolés-aigus, blanchâtres, bleuâtres ou rougeâtres, plus courts que le tube, dont 2 côtes sont velues.
– Corolle lilas.

Observations de De Pouzolz

Cette plante est connue sous le nom vulgaire de saladelle ; en patois, saladella. Sa racine, à laquelle on attribue le nom de behen rouge, est astringente, tonique ; inusitée.

Hab. les terrains salants de Bellegarde, de St-Gilles, d’ Aigues-Mortes et de tout le littoral du Gard.
Fl. août-octobre.

Observations SESNNG

Camargue, domaine de la Palissade : 30 septembre 2017