Eryngium campestre

Eryngium

Calice à 5 divisions foliacées, épineuses, persistantes. Fleurs sessiles, disposées en tête globuleuse ou elliptique, sur un réceptacle garni de paillettes épineuses plus longues qu’elles ; pétales connivents, oblongs, échancrés, avec une pointe de leur longueur, brusquement pliée en dedans. Fruit ovale-oblong ; carpelles dépourvus de côtes et de bandelettes, couverts d’écaillés dressées ; carpophore adhérent aux carpelles dans toute sa longueur. Capitules entourés d’un involucre épineux.

– Revenir à l’index alphabétique –

Eryngium campestre L.

Chardon roulant

Apiaceae

Description de De Pouzolz

Racine épaisse, blanchâtre, simple, très profonde, perpendiculaire.
– Tige de 3-5 dm, droite, robuste, pleine, sillonnée, blanchâtre, très rameuse, à rameaux étalés, formant, par leur ensemble, une sphère.
– Feuilles raides, coriaces, un peu glauques, à nervures réticulées, saillantes, bipennées, à lobes pinnatifides, froncés aux bords, à dents terminées par une épine robuste ; les inférieures à pétiole allongé, embrassant à la base ; les caulinaires inférieures largement décurrentes sur un pétiole court ; les supérieures sessiles, embrassantes, auriculées.
– Fleurs blanches, en capitules arrondis ou oblongs, pédoncules ; involucre à folioles inégales, étalées, coriaces, linéaires-lancéolées, terminées en épine, entières ou munies au bord de quelques petites épines, dépassant le capitule.
– Dents du calice dressées à la maturité.
– Ecailles du fruit membraneuses, acuminées.
– Plante glabre.

Var. B, Megacephalum. Capitules allongés, pyramidaux.

Observations de De Pouzolz

Hab. : la var. A, les lieux arides dans tout le département ; la var B a été trouvée une seule fois à Villeneuve-lez-Avignon par M. Palun ; depuis elle est cultivée au jardin des plantes à Avignon.
Fl. juillet-septembre.

Observations SESNNG

lien = Eryngium campestre L.