Centaurea pectinata

Centaurea

Involucre à folioles imbriquées, terminées par un appendice scarieux, mutique ou corné, épineux. Fleurons du centre hermaphrodites ; ceux de la circonférence stériles, infundibuliformes, rayonnants, ordinairement plus grands. Etamines à filets libres, papilleux. Akènes lisses, comprimés, à insertion latérale, barbue ou imberbe, couronnés par un rebord entier, dépourvus d’aigrette ou munis d’une aigrette courte, persistante, à poils courts, scabres, inégaux, disposés sur plusieurs rangs ; les intérieurs plus courts, connivents. Réceptacle garni de poils paléiformes. Plante annuelle, bisannuelle ou vivace, à feuilles indivises ou pinnatifides, ou bipinnatifides, non épineuses, à fleurs purpurines, bleues ou jaunes, rarement blanches.

– Revenir à l’index alphabétique –

Centaurea pectinata L.

Centaurée en peigne

Asteraceae

Description de De Pouzolz

Racine brune, dure, munie de fibres longues, à souche rameuse.
– Tiges de 1-4 dm, ascendantes-tombantes, rameuses, anguleuses, cotonneuses-blanchâtres, à rameaux très étalés, souvent diffus, épaissis au sommet.
– Feuilles cotonneuses-cendrées, à la fin presque glabres ; les inférieures pétiolées, lyrées ou pinnatifides ; les supérieures oblongues, entières, dentées ou pinnatifides, mucronées, ainsi que les lobes, sessiles, auriculées, embrassantes, très étalées et même réfléchies.
– Capitules moyens, ovales, solitaires, terminant la tige et les rameaux, munis à leur base de quelques feuilles florales inégales.
– Folioles de l’involucre lâchement imbriquées, à appendice très long, filiforme, sétacé, brun ou fauve, réfléchi, pectiné-cilié, à cils allongés, plumeux.
– Fleurons purpurins, tous égaux, rarement ceux de la circonférence rayonnants.
– Akènes oblongs, grisâtres, pubescents, à insertion non barbue, à aigrette très courte.

Observations de De Pouzolz

Hab. coteaux arides, aux environs de Nîmes, d’ Alais, d’ Anduze, d’ Aigues-Mortes, de l’Espérou.
Fl. juillet-août.

Herbier Gustave CABANES

B 2785 Lieux arides schisteux à Branoux : 11 septembre 1871
Garrigues nîmoises : 5 juin 1922
Sables à Charlot : août 1920
B2786 Garrigues à Nîmes : Juin 1889

Observations SESNNG

Mont-Bouquet : 14 mai 2017.