Arum italicum

Arum

Spathe membraneuse, ample, enroulée à la base, dilatée au milieu. Spadice portant à sa partie inférieure les ovaires, vers le milieu les étamines, puis les ovaires avortés ; la partie supérieure consistant en un prolongement claviformé, dépourvu d’organes floraux. Etamines disposées circulairement sur plusieurs rangs, ordinairement soudées 2 à 2, à filets courts, à anthères sessiles, bilobées, à déhiscence longitudinale ou transversale. Style nul. Stigmate sessile, déprimé-hémisphérique. Fruits bacciformes, succulents, uniloculaires, monospermes ou polyspermes, disposés circulairement sur plusieurs rangs. Graines subglobuleuses

– Revenir à l’index alphabétique –

Arum italicum Mill.

Gouet d’Italie

Araceae (Aroideae chez de Pouzolz)

Description de De Pouzolz

Souche grosse, tubériforme, garnie de fibres.
– Pédoncule radical, épais, de 10-15 cm, nu, cylindrique, plus court que la spathe et que les feuilles ; celles-ci toutes radicales, luisantes, d’un vert plus ou moins foncé, souvent veinées de blanc, quelquefois tachées de noir, plus grandes que celles de l’espèce précédente, hastées-sagittées, obtuses ou aiguës, à oreillettes larges, divergentes.
– Pétiole long, dilaté en gaîne à la base.
– Spadice droit, terminé en massue jaunâtre, plus court que la moitié de la spathe muni, au-dessus et au-dessous des étamines, de quelques rangées d’appendices filamenteux.
– Spathe ample, verdâtre ou jaunâtre, étranglée au-dessus du renflement de la base, puis très ouverte en cornet acuminé, s’étalant dans sa vieillesse.
– Baies d’un beau rouge à la maturité, disposées en épi oblong, serré.
– Feuilles paraissant à l’automne.
– Spathe et la partie supérieure du spadice caduques à la maturité.

Mêmes noms vulgaires et mêmes vertus que Arum maculatum.

Observations de De Pouzolz

Hab. les bois et les lieux incultes, les bords des champs et des fossés dans toute la partie basse du département.
Fl. avril-mai ; fr. septembre-octobre.

Observations SESNNG

Forêt de Valbonne : 27 avril 2019