Aristolochia clematitis

Aristolochia

Périgone tubuleux, renflé à ta base, au-dessus de l’ovaire, qu’il enveloppe et auquel à adhère, prolongé en une languette simple, entière, allongée et assez large, se séparant circulairement, au-dessus de l’ovaire, après la floraison. Etamines 6 ; anthères subsessiles, soudées au style par leur dos. Capsule coriace, ombiliquée, à 6 loges longitudinales, renfermant des graines très nombreuses, coriaces, triangulaires, aplaties, superposées dans chaque loge.

– Revenir à l’index alphabétique –

Aristolochia clematitis L.

Aristoloche clématite

Aristolochiaceae

Description de De Pouzolz

Racine cassante, profonde, atténuée vers l’extrémité ramifiée, à divisions grêles, horizontales ; souche traçante.
– Tiges de 3-6dm, dressées, simples, anguleuses, glabres, ainsi que les autres parties de la plante.
– Feuilles pétiolées, ovales-triangulaires, obtuses ou un peu échancrées au sommet, profondément cordées à la base, à pans arrondis, nerviées-réticulées, rudes aux bords.
– Fleurs jaunâtres, pédicellées, fasciculées, axillaires, beaucoup plus courtes que les feuilles.
– Capsule grosse, nuciforme, pendante.
– Plante très fétide.

Cette plante porte les noms vulgaires de pomerasse, ratalie ; en patois, fouterna. Elle est vénéneuse ; sa racine est excitante, emménagogue. Ses tiges et ses feuilles sont une bonne nourriture pour les vaches.

Observations de De Pouzolz

Hab. les vignes et les haies, dans tout le département.
Fl. mai-juin.

Herbier Gustave CABANES

Champs cultivés à Congénies : Avril 1889 (B3888)
Bois des Espesses, bords des cultures, Nîmes / 27 avril 1871
Champs, talus à Nîmes : Nîmes 1922
Champs à Congénies : 1er juin 1899 (B3887)
Champs cultivés à Aubais : 6 mai 1923

Herbier LOMBARD-DUMAS

Observations SESNNG

Saint Gilles, sentier du Cougourlier : 16 novembre 2019